Nathalie Bio
3 rue Anatole France
57300  Hagondange
N°TVA : 2802497131

Horaires d’ouverture

Lundi
Fermé

Mardi au vendredi
09h - 12h15 / 14h - 19h

Samedi
09h - 12h15 / 14h - 18h

Loïc Le Ribault (1947 - 2007) a étudié le Silicium organique dans tous ses aspects pendant plus de trente ans. Dans deux articles publiés en 1972 à l’académie des sciences, Le Ribault démontre que certains cristaux de quartz contiennent dans leur superficie une pellicule de silicium amorphe soluble dans l’eau. Après avoir étudié des milliers d’échantillons, il démontre la présence fréquente de micro-organismes comme les bactéries et diatomées sur la superficie de certains grains de sable.

Il prouve plus tard que l’amorphisation superficielle des quartz détritiques est due à l’action conjuguée de ces micro-organismes au travers des acides organiques qu’ils sécrètent, et des actions mécaniques et/ou chimiques diverses, caractéristiques du milieu sédimentaire dans lequel ils évoluent [ii].  Afin d’étudier plus en profondeur le rôle de ces micro-organismes dans le cycle biologique du silicium, Le Ribault met au point, en 1975, un processus qui permet de récupérer les dépôts de silice produits par l’action des dits micro-organismes. Il sera démontré plus tard que les solutions obtenues de cette façon contiennent un pourcentage important de silicium sous forme organique. C’est au cours de ces expériences qu’il découvre de manière fortuite l’efficacité thérapeutique de la silice organique.

A cette époque, Le Ribault souffre d’un psoriasis réputé incurable l’affectant aux deux mains et ongles. Après avoir remué de ses mains des sables riches en silicium organique afin de les étudier au microscope électronique, il constata surpris au bout de deux jours que son psoriasis avait disparu de sa main droite. Intrigué, et en essayant de trouver une relation de cause à effet, il réalisa la même opération avec sa main gauche dans une solution identique, avec l’obtention du même résultat. Suite à ça, Le Ribault commença à s’intéresser au rôle du silicium organique dans le traitement des maladies cutanées et, en collaboration avec des amis médecins, effectua des centaines de tests jusqu’en 1982 obtenant des résultats très positifs.

A cette époque, il perfectionne sa méthode d’extraction de silices organiques naturelles à partir de certains types de sables siliceux détritiques et fournit aux professionnels des solutions d’usage thérapeutique qui, historiquement, peut se qualifier de G3 (troisième génération).

De manière surprenante, les médecins constatent rapidement que les patients traités ont déclaré être soulagés de leurs douleurs articulaires, sentir un meilleur bien-être, et dans le cas de ceux souffrant de maladies virales, il a été démontré au travers d’analyses sanguines que leur santé s’améliorait de manière significative rapidement. Dit d’une autre façon, le silicium organique semble agir sur un grand nombre de maladies.

 


Top